Pour plus d'informations

Centre de secours Henri Dini
44, rue de la République
Tél. : 04 42 06 39 94 ou le 18

Votre mairie

Cours Landrivon
13110 Port de Bouc
Tél. : 04 42 40 04 04
Fax :
04 42 06 28 92

Horaires d’ouvertures :
du lundi au vendredi
de 8H30 à 12H00
et de 13H30 à 17H30

Contacter la mairie

villes et villages fleuris
pavillon bleu

Imprimer cette page - Recommander cette page à un ami - Générer cette page en PDF

Sapeurs pompiers

pompiers

Sur les 2800 sorties par an qu'effectuent les sapeurs pompiers de Port de Bouc, 1800 concernent les incidents domestiques et les accidents de la route. De plus en plus, les pompiers sont appelés pour dispenser les premiers secours aux blessés. Dès lors que des accidents ont lieu sur la voie publique, ce sont eux qui interviennent. Souvent les premiers sur les lieux, les pompiers touchent crucialement du doigt l'horreur que produisent les excès de vitesse et autres infractions au code de la route. Aussi, les pompiers insistent sur le respect des règles de sécurité.

La lutte contre les incendies

Les conditions climatiques de l'été dans notre région forcent une vigilance extrême. À tel point que la présence de vent en rafales peut conduire le Préfet à interdire l'accès aux massifs boisés régionaux plusieurs jours de suite. Le mistral quasi incessant présente un très grand danger en cas d'incendie. C'est pour cela que les sapeurs pompiers de Port de Bouc multiplient et renforcent les actions de prévention et de surveillance et neutralisent ainsi des dizaines de départ de feu par jour. En effet, toutes les zones sont sous haute surveillance. Le CODIS et le conseil général ont maillé le territoire de façon à remarquer et à intervenir dans un laps de temps très court sur tous les départs de feu. Le département est découpé en zones à surveiller. Chaque périmètre est défini en triangle. Tous ces triangles encastrés les uns aux autres couvrent l'ensemble du département. D'énormes moyens humains et matériels sont mis en oeuvre. Des vigies fixes signalent la moindre apparition de fumée. 

Des avions canadairs, les trackers en guet armé « tournent » sans arrêt sur des axes bien définis, prêts à attaquer au moindre signal. Ils sont prioritaires sur tous les feux naissants.

Les colonnes de sapeurs-pompiers sont basées sur des points stratégiques en forêt à proximité des axes routiers, elles sont équipées de quatre camions citernes et d'un véhicule léger de commandement. 

Les unités de sapeurs-forestiers du conseil général débroussaillent au maximum hors saison. En poste l'été, elles patrouillent avec des véhicules équipés d'une réserve d'eau de 600 litres pour réagir au moindre départ de feu.

Les comités de feux et forêts, très actifs dans de nombreuses villes, sont capables d'attaquer les feux naissants. Connaissant parfaitement le terrain, ils jouent un rôle irremplaçable en guidant les pompiers souvent venus en renfort d'autres départements, à travers les massifs boisés et les forêts. On le voit, c'est un véritable arsenal de guerre opérationnel contre le feu.

Les patrouilles au sol sont doublées de guets aériens. Depuis 1979 et 1989 (années de référence en terme d'incendie dans la région), l'efficacité de la lutte s'est

 

 

pompiers en forêt
pompiers neige

Pompiers volontaires

Le centre de secours de Port de Bouc compte une vingtaine de pompiers professionnels et une cinquantaine de pompiers volontaires, comprenez des pompiers qui exercent cet engagement en complément de leur activité professionnelle.

Le niveau requis pour être engagé est essentiellement physique, même s'il est évident qu'un pompier volontaire doit avoir un minimum de maîtrise de l'écrit et de l'oral. Il s'engage pour cinq ans au moins.

Au cours de la première année, qui est probatoire, son engagement peut être résilié en cas d'insuffisance de sa part. Le volontaire doit être capable de se former correctement, de devenir opérationnel, d'acquérir l'esprit de responsabilité et surtout, il doit être solide pour pouvoir assumer la pression de ce qu'il va vivre au cours des interventions.

Ce que résume ainsi le capitaine du centre de secours : « Ce métier est un étrange mélange de beaucoup d'heures investies et de remise en cause personnelle. On y vit des choses très difficiles et heureusement de grands moments de satisfaction. En intervention, les pompiers arrivent toujours en premier ou en dernier. Ils sont donc les témoins de situations parfois pénibles et ils côtoient la misère et le mal de vivre. Un pompier professionnel ou un pompier volontaire a beau être formé à cela, il n'est jamais complètement rodé. C'est pour cela que l'on parle d'une vocation ».

Le niveau d'exigence des pompiers volontaires est le même que celui qui est demandé aux professionnels.


Haut de page