Pour plus d'informations

Service de coordination culturelle
20, cours Landrivon
Tél. : 04 42 40 51 92
Du lundi au vendredi
8h30 - 12h
13h30 -17h30

Office de tourisme
22 bis cours Landrivon
Tél. : 04 42 06 27 28
Du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h30 à 18h
Le samedi de 10h à 12h
Antenne estivale sur le port de plaisance du lundi au dimanche de 18h à 21h30
Le site de l'office de tourisme

Votre mairie

Cours Landrivon
13110 Port de Bouc
Tél. : 04 42 40 04 04
Fax :
04 42 06 28 92

Horaires d’ouvertures :
du lundi au vendredi
de 8H30 à 12H00
et de 13H30 à 17H30

Contacter la mairie

villes et villages fleuris
pavillon bleu

Imprimer cette page - Recommander cette page à un ami - Générer cette page en PDF

Artistes port de boucains


Une ville, des artistes

Morales, Bellet, Coulomb, Fanciello, Olive, Dupain, Kanjar'oc… Port de bouc est une pépinière d’artistes talentueux. 
Serait-ce la mer tout simplement ?


Serait-ce ces bateaux que l’on a construit sans jamais prendre la mer pour autant ?


Serait-ce ces noms d’Espagne, d’Italie, de Grèce, de Malte, d’Algérie qui sont nos premiers ciels ?

Serait-ce l’odeur des oranges qu’on arrachait aux navires ?


Serait-ce ces yeux dans les yeux que les hommes se donnaient en gage de paroles ?


Serait-ce ces luttes incessantes, ces marches en avant pour un monde tout autre, qui ont ici reliées l’histoire des hommes et des femmes ?


Serait-ce cette hospitalité qui tient dans nos mains et qui croise nos histoires ?


Finalement on n'en sait rien et, pour sûr, ça n’a pas tant d’importance que ça. On sait seulement que le vécu des uns et des autres n’aime pas rester lettre morte et préfère se transformer en dessin, en peinture, en sculpture, en photo, en musique, en poème, en chanson, en roman, en pièce de théâtre…

Créer, C’est un peu la marque de fabrique port de boucaine. Des artistes par vague, qui d’ailleurs ne peuvent jamais larguer totalement leurs amarres. Depuis Caronte jusqu’à Fromage, il y a toujours un petit ou un grand quelque chose, une odeur, une trace, une pincée de navire, un bâton de réglisse, un pont vers la création.

 

Des identités


Qui sont-ils donc ces artistes ?

Ces écrivains qui mettent encore les noms de bateaux en lettres majuscules, ces sculpteurs toujours en chantier, ces peintres dont la lumière rejoint les coquillages de l’enfance, ces musiciens aux portes du monde. Ils sont nés avant-hier avec les chantiers, ils sont nés hier avec le no man’s land, ils sont nés aujourd’hui avec toute l’histoire à continuer.


kanja'roc

Pour les accompagner, la Ville est toujours là, depuis la création du centre culturel et sportif, depuis cette fabuleuse idée du salon méditerranéen des arts plastiques, depuis les centres sociaux, depuis la Médiathèque, les ateliers d’écriture, le Conservatoire, le Théâtre, ses ateliers, Formes et couleurs et d’autres associations…

 

Ici on sait que créer fait partie de la vie et qu’on peut tous développer notre potentiel à imaginer, à faire et à donner à voir.


Parce que le talent ne doit pas rester en sommeil.

C’est comme ça que Port de Bouc regorge d’identités artistiques. Les unes sont renommées au-delà nos frontières, d’autres pourraient bien le devenir, d’autres aussi se contentent de faire leur petit bonhomme de chemin, selon leurs rythmes ou selon leurs désirs.



Courants divers
. Bien sûr qu’il serait difficile de citer tous ces créateurs port de boucains, tant ils sont divers et nombreux. Essayons tout de même un peu, à commencer peut-être par le plus célèbre d’entre tous, celui dont l’univers gigantesque est sorti tout droit de la forge des chantiers navals. Il s’agit bien sûr du grand Moralès et de son musée dont les têtes dépassent les murs et traversent le monde. Il a peut-être été le premier à ouvrir la voie. Comment ne pas évoquer également Olive et puis Bellet et puis Fanciello et puis Coulomb, Thibert, Crocq, Zanca…? Dans le domaine des arts plastiques leurs œuvres traversent les océans. Ce qui ne les empêche pas de rester des gens comme vous et moi, des gens qu’on croise le matin au café, ou à faire les courses sur le marché. Dans leurs sillons, Anne Boscolo, Rose Rambaldi…


Côté littérature, on trouve des trésors d’écriture qui parlent si bien de notre vie ici, ou d’un de ses endroits qui ressemblerait au notre. On se souvient, bien sûr, des œuvres de Charles Crétinon, de Jean Doménichino. On se souvient notamment du « Cocktail exotique » ou de la « Carmen du troisième » de Pierre Grafféo ou encore de ses « contes magnétiques », recueil à plusieurs voix, celles de la mémoire port de boucaine. C’est d’ailleurs dans « les ateliers de la mémoire » que l’aventure romanesque a pris ses racines et donné le virus de la plume à Jo Ros et à tant d’autres.

Musicalement les racines sont plus récentes, mais les influences réunissent nos cultures plurielles, des plus jeunes groupes de rap aux plus grosses têtes d’affiches qui remplissent les plus grandes salles nationales et internationales : Francois Valery, Paul Moraitis, Luc Babirowski, Napolitano, Sophie Pondjiclis, Jean Duino, Carmona, Imbernon, Denis Teris, Noël Baille, la Grande Sophie, et bien sûr, les gars de Kanjar’oc, Sam de Dupain…

Autrement dit plusieurs courants musicaux made in Port de Bouc. Tout plein d’artistes, réunis par la simple envie de donner du bonheur.

Haut de page