Pour plus d'informations

Service de coordination culturelle
20, cours Landrivon
Tél. : 04 42 40 51 92
Du lundi au vendredi
8h30 - 12h
13h30 -17h30

Office de tourisme
22 bis cours Landrivon
Tél. : 04 42 06 27 28
Du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h30 à 18h
Le samedi de 10h à 12h
Antenne estivale sur le port de plaisance du lundi au dimanche de 18h à 21h30
Le site de l'office de tourisme

Votre mairie

Cours Landrivon
13110 Port de Bouc
Tél. : 04 42 40 04 04
Fax :
04 42 06 28 92

Horaires d’ouvertures :
du lundi au vendredi
de 8H30 à 12H00
et de 13H30 à 17H30

Contacter la mairie

villes et villages fleuris
pavillon bleu

Imprimer cette page - Recommander cette page à un ami - Générer cette page en PDF

Histoire

L'histoire de Port de bouc, de l'âge de bronze à nos jours

fouilles

Quelques découvertes fortuites laissent croire que Port de Bouc a été le cadre de chasses dans des périodes très anciennes datant probablement de la préhistoire.

Premier site d’habitat répertorié sur notre commune, l’oppidum de Castillon est caractérisé par sa situation stratégique, sorte de campement défensif au profit de l’agglomération de Saint Blaise (6e - 5e siècle avant J.- C.). Progressivement, les populations autochtones installées sur les rives des étangs et sur les contreforts de la mer Méditerranée s'ouvrent aux influences et aux marchandises extérieures, qu'elles soient issues des tribus voisines ou plus lointaines. Situé au carrefour des voies maritimes et terrestres majeures de l'antiquité, notre territoire est parcouru par des voies de communication très anciennes (Castillon, Valentoulin et la Mérindole notamment).

Sur la côte, l’exploitation des carrières de la pointe de Vella jusqu’au site de la Baumasse pourrait avoir été active entre le 3e et le 2e siècle avant J.- C. Plus tard, une structure portuaire ou maritime d’époque gallo-romaine annonce déjà la vocation  de port abri de la commune (1er - 4e siècle après J.- C.). Avec le temps, des populations vont vivre et mourir à Port de Bouc. Ainsi, de nombreuses tombes et installations funéraires ont été retrouvées datant de la période paléochrétienne (5e - 8e siècle après J.- C.).

Port de Bouc connaîtra, par intermittence, des regains d'activité, de la Renaissance à la Révolution.

En 1794, Bonaparte visite le fort de Bouc et se montre conscient de son importance stratégique. Devenu empereur, il fera entreprendre divers travaux dont le creusement du canal d'Arles à Bouc.

Un décret impérial du 12 mars 1805 ordonne l'aménagement du port et de la ville mais les plans établis ne seront jamais réalisés, sauf en ce qui concerne l'édification de la jetée, dont la construction débute en 1814.

Le canal ouvert, le trafic portuaire s'intensifie, de nombreuses usines s'implantent, la population s'accroît. L'éloignement du chef-lieu communal crée des difficultés pour les familles de ces quartiers isolés.

À partir de 1847, face à l'expansion du port et celle des hameaux du port de Bouc et de la Lèque, les habitants multiplient les démarches afin de s'affranchir de la tutelle de Fos trop éloignée à leur gré.

En 1850, 933 habitants sont recensés à Fos, ils sont 1066 à Port de bouc.

"Pendant plusieurs années, interventions, rapports, comptes-rendus se multiplient sur ce sujet. Conseil général et Conseil d'arrondissement interviennent auprès du sénateur des Bouches du Rhône. Enfin, le 20 juin 1866, le ministre de l'intérieur de Napoléon III notifie au représentant du département qu'une loi du 13 juin précédent a érigé en commune la section de Port de bouc, distincte des communes de Fos et de Martigues. Le 26 juillet suivant, le premier maire de la nouvelle commune est nommé par arrêté du sénateur du département. Il s'agit d'Isidore Barthélémy", Robert Strozzi, spécialiste de l'histoire de Port de Bouc.

Avec la mer du sud pour unique saison

Le 2 septembre 1866, Port de Bouc est devenue une commune et court son destin. Embrassant la mer, la ville affirme sa vocation industrielle et maritime, elle devient terre marine.
L’art des bateaux, de la transformation des énergies issues de la mer a trouvé son port d’attache.

Nous sommes en 1850 pour le développement du port de commerce, ainsi que des activités industrielles telles que les salins, l’usine à plomb, nous sommes en 1876 pour l’installation de la sécherie de morues Cabissol de la Lèque, nous sommes en 1894 pour l’ouverture de la raffinerie de pétrole « la phocéenne ».

Nous sommes enfin en 1899, à la porte du 20ème siècle, quand les Chantiers et Ateliers de Provence, spécialisés dans la construction navale, s’implantent à Port de Bouc. 

Quelques années plus tard deux usines de produits chimiques, Saint Gobain et Kuhlmann, choisissent elles aussi Port de Bouc.
Durant cette période, la population augmente et se diversifie. Elle acquiert là son statut de ville hospitalière.

En 1966, la ville enregistre 14 000 habitants de mille horizons. Français, espagnols, italiens, grecs...

Port de Bouc est un pays où raisonne la voix des hommes aux chants d’espoir, de vie, de liberté.

Haut de page

Et puis il y a cette première fracture, survenue en 1966, les chantiers navals qui ont forgé l’identité de la cité, dont les rues aujourd’hui encore portent des traces indélébiles, ferment leurs portes. Un événement économique majeur qui déstabilise toute la ville.
2 000 emplois disparaissent emportant avec eux des rêves de bateaux, de navires et d’océan. La fermeture des chantiers demeure une plaie, dont la cicatrice ne se referme pas, tant l’Histoire sait être cruelle.

Dès ce premier choc subi, s’envole avec lui le fol espoir suscité par la création de la zone industrielle de Fos. Nous sommes alors dans les années 70, et toute la région vit dans la perspective du gigantesque complexe industriel de Fos sur Mer. On s’attend à la création de milliers d’emplois, des sidérurgistes lorrains arrivent dans la région, décidés à contribuer au développement promis.
Port de Bouc dispose de réserves foncières, et poussé par les autorités nationales fait face à l’arrivée de 7 500 nouveaux habitants en construisant des infrastructures d’accueil...

usines
kulhman

Cet espoir là pour la ville, et pour l’ensemble des familles n’aura duré que quelques années, ce n’était qu’un horizon éphémère. La désillusion survient en 1975 avec l’arrêt du développement de la Z.I. de Fos, suivi de près par la crise de la sidérurgie qui frappe aussitôt les unités de Solmer et d’Ugine Acier.

Tant et tant de tempêtes n’ont pas eu raison de Port de Bouc. Traversant les épreuves avec courage la ville s’est entêtée à retrouver un nouvel horizon. L’espoir ici est indéracinable. Ici, les hommes se sont donnés la main, ils ont tant lutté qu’ils ont appris à ne jamais perdre ni le courage, ni l’espoir, ils ont appris à construire de nouveaux printemps. La mer est toujours là, qui coule dans les veines.

Un destin contrarié, et autant de souvenirs de courage et de luttes, Port de Bouc entame le troisième millénaire avec des atouts non négligeables.

pêcheurs

Sa situation géographique, carrefour maritime et terrestre est incontournable. Unique Criée publique de toute la région PACA pour la vente du poisson, ses deux ports de pêche accueillent une importante flotte de chalutiers. D’autant que la ville a su avec cohérence introduire l’implantation de sociétés de transformation des produits de la mer.

Voisine des activités liées à la pêche, la plaisance : le port abrite des bateaux venus de toute l’Europe. Port de Bouc joue la carte accueil pour des milliers de visiteurs attirés par la grande bleue. 

barques
port de plaisance

La requalification urbaine entreprise depuis une dizaine d’années a donné un nouveau visage à Port de Bouc.

Tout en améliorant le cadre de vie des Port de Boucains, l’attractivité de la ville s’est renforcée.


Haut de page