Retour à la liste
Cérémonie du 8 mai : Port de Bouc est une ville de paix

Cérémonie du 8 mai : Port de Bouc est une ville de paix

Article publié le

La cérémonie du 8 mai a connu une belle affluence à Port de Bouc. Plus que jamais, les discours ont fait écho à l’actualité.

Plus que jamais, sa présence était nécessaire. À Port de Bouc ce dimanche 8 mai, à l’occasion de la commémoration des 77 ans de la victoire des forces alliées sur l’Allemagne nazie, le drapeau arc-en-ciel de la paix a été déployé. Élise Taillaumard, membre du Mouvement pour la paix, l’agite dans les airs. Elle qui vient chaque année a conscience d’être plus que bienvenue à l’heure où de nombreux conflits armés sévissent dans le monde.
 
Lorsque la Seconde Guerre mondiale a pris fin, « on devait engager la paix… On voit de nouveau où nous mènent les dictatures et l’extrême-droite » alerte-t-elle. 
Il est 10h passé lorsque le cortège s’élance ensuite du square du 8 mai 1945 pour rejoindre le monument aux morts, en passant par le port de plaisance.
 
En tête, les majorettes et la fanfare donnent le rythme, suivi de ports de boucains, d’élus, d’élus du conseil municipal des enfants et des membres du Delta base group, dont les membres participent à de nombreux défilés à travers la France, ferment la marche au volant de Jeeps américaines qui ont servi lors du débarquement.
 
Des discours forts et d’actualité
Arrivé au monument aux morts, place à la dépose des gerbes de fleurs, et des discours par Manuel Jurado, membre des Anciens combattants, de Pierre Blache, délégué départemental FNDIRP (Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes) et Laurent Belsola, maire de la ville. Tous ont évidemment souligné le devoir de mémoire. Pierre Blache a tenu à rappeler les prémices du second conflit armé mondial. « En permettant à Hitler d’accéder au pouvoir en 1933, la grande majorité des allemands n’imaginait pas un instant que le parti nazi et son chef les conduiraient vers la mort pour six millions d’entre eux », explique-t-il. « Certes ils connaissaient la brutalité des nazis quand ils injuriaient les journalistes, certes ils connaissaient leur anti-communisme viscéral ; mais ces signes ont pesé si peu face à leur souffrance sociale […] Hitler a su dédiaboliser son image, il s’est employé à montrer un visage et un programme mirobolant et propre où il était question de grandeur nationale et de travail pour tous. » Laurent Belsola complète. Après avoir salué la mémoire des combattants français et étrangers, l’édile a évoqué le souhait unanime que « les conflits prennent fin […] En Ukraine bien sûr mais également en Syrie, en Palestine, au Yémen et dans l’ensemble des territoires où l’horreur des conflits profitent à quelques dirigeants impérialistes et quelques marchands d’armes avides. » Et de rappeler que : « Nous avons fait de Port de Bouc une ville de paix et nous avons également paré le fronton de la mairie des drapeaux de pays en proie aux conflits. »
 
La commune remercie l’ensemble des participantes et participants présents lors de cette cérémonie officielle.