Retour à la liste
C'EST PARTI POUR LE SALON D'AUTOMNE !

C'EST PARTI POUR LE SALON D'AUTOMNE !

Article publié le

Le rendez-vous a toujours autant de succès. Vendredi 18 novembre, le 27ème salon d’automne, organisé par Arts et création et hébergé par le Centre d’Arts Plastiques Fernand Léger, a débuté par le vernissage de l’exposition de peinture et sculpture, auquel une cinquantaine de personnes ont pris part.
Visible jusqu’au 2 décembre, l’expo présente le travail des adhérent.e.s et réunit le travail d’amateur.trice.s et de professionnel.le.s. Elles et ils sont vingt-quatre à exposer cette année. Élève de longue date, par ailleurs habituée du salon d’automne, Marie-Ange Boularand est celle qui a peint la toile utilisée pour l’affiche de cette 27e édition. « C’est une fierté que ma peinture ait été choisie pour être l’affiche du salon, je suis flattée », se réjouit-elle. Baptisée « L’attente », sa toile représente un homme de profil, assis sur un tabouret.


Les locaux à l'honneur !

Né à La Lèque, ex-instituteur en primaire aujourd’hui retraité, Alain Peynichou est aussi un habitué. La peinture qu’il expose cette année se compose de seulement trois éléments, « du bitume, de la monnaie du pape et de la colle à chaud ». On y voit un fond noir, des lignes blanches, de légers reliefs, et des formes arrondies aux teintes de couleurs oscillant entre marron, gris et taupe. Au premier coup d’œil, lesdites formes semblent liées les unes aux autres. « J’aime travailler sur le concept de connexions. J’ai choisi de présenter ce tableau mais j’en ai d’autres », confie-t-il. L’artiste se remémore : « J’ai assisté à la création de l’événement. C’est un rendez-vous très apprécié : il permet aux artistes locaux et amateurs de montrer leur travail et il montre que localement, on peut faire énormément. Pour moi, c’est toujours un plaisir de venir au salon d’automne. »


Évènement "incontournable"

C’est là l’esprit du festival, la raison de son succès. Martine Muller, conseillère municipale à l’éducation et à la culture qualifie l’événement d’« incontournable de Port de Bouc » et loue « le travail de personnes qui au départ étaient des débutant.e.s et aujourd’hui exposent de belles œuvres. C’est là toute la richesse de l’éducation populaire qui s’adapte à l’ensemble des âges et permet à chacune et chacun de se trouver une vocation selon les périodes de sa vie. De nombreux adhérents sont à la retraite et façonnent de leurs mains des œuvres splendides ». Guy Thibert, président de l’association Art et créations, abonde. « Nous avons un socle d’habitué.e.s mais le but est de toujours mettre à l’honneur celles et ceux qui sont à l’école. L’apprentissage est au coeur du projet de notre association et du Centre d’Arts. C’était une volonté portée par son fondateur Francis Olive et nous la préservons continuellement »
L’autre ingrédient de cette recette réussie est donc la présence de professionnels. Parmi ceux qui sont exposés, il y a le regretté Georges Coulomb, décédé cette année, dont le tableau, « Bouquet grandes fleurs », très coloré comme à son habitude, ne passe pas inaperçu lorsque l’on visite l’exposition.
À un mètre de celui-ci, Maurice Fanciello, cousin germain du défunt, expose « La plage ». Ce dernier confie douter à chaque fois qu’il expose. « Bien sûr que je doute, je me demande toujours si ce que je fais va plaire ; si mon travail est bien par rapport à quoi ? Par rapport à qui ? », explique-t-il, modestement. « C’est le doute qui nous fait peindre l’émotion. Il y a toujours un moment quand je peins où je me dis que je suis en train de faire le plus beau tableau du monde et un autre moment où je doute énormément. C’est moins le cas avec l’âge, je gère mieux ces émotions : je sors, je souffle puis je m’y remets. Mais ce doute est nécessaire, il nous donne l’humilité et l’humilité nous préserve : elle est ce qui nous permet de durer avec la passion. »


Le fruit de la culture populaire

Déambulant lentement dans la salle d’exposition, il prend le temps d’observer chaque œuvre présentée. « Je suis émerveillé d’avoir un centre d’arts comme celui-ci dans notre commune avec pareil événement », lâche-t-il. « Dans les années 80, avec Georges (Coulomb) et Francis Olive, nous occupions la salle en-dessous. On avait déjà entamé notre carrière mais on espérait un jour ce centre d’arts. »
La volonté des municipalités successives de faire de la culture populaire a depuis fait son chemin. Ainsi, le 6 octobre 2012, le centre d’arts Fernand Léger a été inauguré. Il est aujourd’hui une salle d’expositions, un lieu de résidence et une école d’arts. Il est un lieu où amateurs et professionnel.le.s se côtoient et exposent ensembles. C’est le cas jusqu’au 2 décembre et chacun peut en profiter !


Le 27ème salon d'automne au centre d'arts Fernand Léger

Exposition à découvrir jusqu’au 2 décembre sur les heures d’ouverture du centre : du lundi au vendredi, 8h30-12h, 13h30-17h30.
Gratuit.