Retour à la liste
Bénéficiaire de l’Opah,  « j’ai été très bien accompagnée »

Bénéficiaire de l’Opah, « j’ai été très bien accompagnée »

Article publié le

À Port de Bouc, environ 150 foyers ont bénéficié de l’Opah, le dispositif social d’amélioration du logement. On vous en reparle, avec un focus sur une propriété rénovée !

En 2018, la Ville et ses partenaires, le Pays de Martigues, la Région, le Département et l’Anah ont lancé l’opération programmée d’amélioration de l’habitat (Opah). Le nom du dispositif est assez éloquent, l’Opah permet d’offrir aux logements une meilleure isolation et un chauffage performant, aux personnes âgées et en situation de handicap de rester dans leur logement, d’offrir un habitat de qualité à loyer correct, et de réhabiliter les copropriétés dégradées. Établie pour une durée de cinq ans, elle concerne cinq quartiers de Port de Bouc que sont La Lèque, les Aigues Douces, Tassy-Bellevue, La Tranchée et Les Amarantes. Le dispositif a donné lieu à une cinquantaine de contacts et environ 150 ménages ont déjà été accompagnés dans leur chantier de rénovation. Pour rappel, les propriétaires occupants, les propriétaires bailleurs, les syndicats de copropriétaires et les locataires sont éligibles. 

Un gain énergétique de plus de 35%

Les premiers cités sont ceux qui y ont le plus recours. C’est le cas de madame Persiani, habitante de La Lèque âgée de 80 ans, dont les démarches ont débuté en février 2021 pour des travaux d’isolation sur sa façade et ses murs extérieurs. Construite sur un étage et exposée sur ses deux façades tout au long de la journée, sa maison souffrait de problèmes d’isolation en particulier au premier étage. Lorsque les beaux jours arrivent, « il faisait très chaud là-haut », explique-t-elle. Les travaux se sont terminés en juin 2021. « Je me rends compte de l’efficacité des travaux au niveau des dépenses d’énergies », confie l’octogénaire. « Ça fait bien un mois que je ne mets plus le chauffage et que ma facture est en baisse. » Édouard Exposito, chef de projet architecte chez Urbanis, l’entreprise missionnée par les collectivités pour suivre les dossiers de l’Opah, c’est bien lui qui a suivi la réalisation des travaux chez madame Persiani. « L’avantage de l’isolation thermique par l’extérieur est qu’on garde l’inertie de la maison : en été la maison emmagasine la fraîcheur de la nuit et la restitue la journée », détaille-t-il.
L’architecte intervient en amont des travaux afin de vérifier leur conformité à l’Opah. Par exemple, l’entreprise sélectionnée doit posséder la certification RGE (reconnu garant de l’environnement) et, dans le cadre de travaux d’isolation, le gain énergétique doit être d’au moins 35%. Une fois les travaux terminés, il vérifie leur conformité. « J’ai été très bien accompagnée », souligne madame Persiani. « Quand les ouvriers ont fini les travaux, ils ont oublié une partie. Ils sont revenus et ont terminé. »
 

Des aides en lien avec les réalités sociales

Retraitée aux revenus modestes, madame Persiani confie ses doutes sur la faisabilité des travaux sans les aides. Pour sa maison, leur montant s’élève à 32148 euros. Ils ont été financés à hauteur de 3 000 euros par le Département, 2 500 par la Carsat, 11 309 par l’Anah, 5 000 par la Métropole et 2 100 par le Département, soit un total de 23 909 euros. L’aide s’élève ainsi à quasi 75% des travaux pour l’habitante de La Lèque. À savoir que dans certains cas, plus modestes, l’aide peut aller jusqu’à 100% des travaux. Enfin, dernière information importante, pour toucher intégralement les subventions, l’occupant doit rester au moins six ans dans le logement. Autrement il devra rembourser une partie des subventions au prorata des années passées dans le logement.
 
Le dispositif prendra fin en 2023 et il est encore possible d’être accompagné afin de conduire des travaux dans votre domicile ! Pour ce faire n’hésitez pas à contacter les services du pôle habitat afin de prendre rendez-vous les mardis et mercredis à la Maison des services aux publics au 06 99 19 16 68.