La défense des services publics

Une ville qui veut soutenir la population en défendant les services publics

Attaqués par les gouvernements successifs, les services publics devraient être le cœur battant de la commune et du pays. La municipalité a choisi de les défendre.
 
Selon la Constitution et les principes de la République, ils désignent les activités exercées par l'État, les collectivités territoriales ou un organisme agréé pour satisfaire aux besoins
de la population, selon trois principes :
• répondre aux besoins d’intérêt général sans interruption quel que l’endroit du territoire national où l’on se trouve (que l’on soit en ville ou à la campagne)
• assurer, respecter et faire bénéficier l’usager de ses droits sans discrimination
• évoluer en fonction des besoins des usagers et de l’avancement des outils techniques et scientifiques, en ignorant les critères de rentabilité
 
Gagner des services publics est essentiel à la vie communale et au mieux-être des habitant.e.s. La municipalité invite à prendre ensemble toutes les initiatives pour résister aux politiques libérales et pouvoir construire des réponses neuves, un programme répondant aux besoins et aux aspirations populaires. 

À Port de Bouc, on veut résister

La dégradation des services publics étant de plus en plus prégnante, seules les mobilisations de la population avec leurs élus ont permis le maintien de La Poste, des guichets
de la SNCF en semaine, des permanences de la Caf et de deux jours par semaine de la Sécurité sociale.
Lors de la rencontre de Madame Le Maire avec le ministère,  les milliers de pétitions recueillies et les manifestations ont pesé dans la bataille : le poste de Police nationale menacé de fermeture est resté ouvert et 17 agents ont été affectéssur notre secteur. Aujourd’hui cette victoire est remise en cause et de nouveau la menace pèse sur ce service public

À Port de Bouc, on veut agir

On veut permettre aux services publics de proximité d’obtenir les moyens de son efficacité pleine et entière.  Les directives gouvernementales qui, hier, retiraient 2 millions d’euros sur le budget communal et qui retirent 2 millions supplémentaires aujourd’hui, affectent le service municipal local et pénalisent les habitants. C’est injuste !
2 millions d’euros de moins depuis 2014 représentent :
• 3 ans d’électricité des bâtiments communaux et d’éclairage public
• 3 ans de chauffage des bâtiments publics
• 4 ans de fonctionnement des deux haltes-garderie
• 4 ans de restauration scolaire
• 2 ans d’entretien et de rénovation
• 2 millions en moins dans les trois ans à venir augmentent les difficultés à rendre des services socialement efficaces.

Zoom sur la santé publique

La politique nationale s’attèle à réduire l’accès à la santé pour tous, à travers la loi HPST (hôpital, patients, santé et territoire) et la dégradation des services de Sécurité sociale.
Port de Bouc porte une attention particulière aux questions de santé et à la pratique de la médecine en ville, pierre angulaire de la lutte contre les inégalités.Bien qu’elle n’est pas de champ d’actions défini en la matière, elle accompagne et soutient l’installation de professionnels de santé en s’attachant à diversifier l’offre des soins. Ceci dans le cadre du Contrat local de santé signé entre les communes, le Conseil de territoire et l’Agence régionale de santé (ARS).
- Création du Centre de santé de La Respélido
Fruit d’une longue bataille menée par la municipalité et la population, le centre a ouvert ses portes en 2015. Porté par l’hôpital public.
 
Toutefois, avec l’assemblée communale, la Ville poursuit sa lutte pour favoriser l’installation de médecins sur le territoire pour faire face aux départs de médecins en retraite et lutter contre le dépeuplement médical