Le développement durable, notre culture.

Protéger le présent pour assurer nos lendemains, c’est concrétiser des orientations économiquement, écologiquement et socialement durables. 

Depuis des décennies, Port de Bouc s’attache à préserver tout ce qui donne la vie.
Le Projet de ville se construit en ayant toujours en ligne de mire la préservation de l'environnement et l'adaptation à l'évolution du climat.

Concrètement...

Devenir le citoyen éco-responsable de demain

Des perspectives pour une ville « équilibrée », labellisée Éco-quartier, à vivre ensemble et où chacun participe à l’amélioration de son cadre de vie d’aujourd’hui et de demain.

Dans le cadre du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain, Port de Bouc a construit avec les habitants :
1• La réhabilitation des quartiers anciens : isolation des façades pour optimiser le confort thermique et faire baisser les factures d'énergie
2• Le réseau Se@nergieS : il utilise des énergies locales (mer, soleil, canal de Provence), économisera l'eau d’arrosage des espaces verts,  et maîtrisera l’électricité (éclairage public, chauffage, climatisation).
3 - L’attractivité des quartiers : renforcée avec des projets tels la structuration du Campus « cité éducative », le Pôle Gare développant la mobilité et la construction de logements pour anticiper l’évolution de la population.

Un territoire équilibré avec Se@nergies

CONSTAT : 
Dans notre quotidien, l’énergie se trouve sous deux formes : l’énergie électrique et l’énergie calorique (chaleur). Elles sont liées dans les moyens de productions. Par exemple, une chaudière ou une pompe à chaleur ont besoin d’électricité.

1• Une pollution grandissante
L’électricité en France est essentiellement produite à partir du nucléaire. Les lois successives sur le développement durable incitent à développer l’électricité à partir des ressources naturelles et renouvelables : solaire (photovoltaïque), courant marins ou air (éolien), pour diminuer les gaz à effet de serre (GES).

2•- Une électricité coûteuse
L’électricité est aujourd’hui un consommable inévitable pour les ménages.

DEMAIN :
La situation géographique du territoire est exceptionnelle.
Nous disposons du soleil, de la mer et de la proximité du canal de Provence.
La configuration de la ville facilite aussi la mise en oeuvre du réseau Se@nergieS.

1• L’énergie solaire
Elle permet de produire une énergie photovoltaïque sur la ville pour la revendre, l’utiliser directement ou la partager. La revente finance les travaux de raccordement en eau brute du canal de Provence qui utilise les infrastructures du réseau de thalassothermie pour sa distribution en arrosage.

2• L’énergie marine
Le réseau de thalassothermie permet d’apporter des calories en plus ou en moins selon la saison, pour le rafraîchissement ou la chaleur, pour l’eau chaude sanitaire.

3• Vers une ville « équilibrée »
Avec Se@nergieS, Port de Bouc est la première commune reconnue en France à mettre en place un réseau de collecte et de redistribution des ressources naturelles et renouvelables.

Une réhabilitation des espaces verts

CONSTAT : Aujourd'hui, un manque d'arrosage

1• « Les espaces verts disparaissent »
Le réchauffement climatique, la hausse des émissions de CO2 et des températures entraînent une dégradation progressive des espaces verts. De plus, nos arbres ont plus de 50 ans et sont en fin de vie.

2• « Une facture d’eau élevée »
Une évolution législative interdit la prise en charge de l’arrosage des espaces verts privés (copropriétés, bailleurs) par la Ville. Les structures privées manquent de moyens pour l’entretien des espaces extérieurs.

3• « Trop de goudron, plus d’ombrage »
Année après année, les plantes et les sols non-arrosés se dessèchent : en été, les orages lessivent les sols asséchés et en hiver, les habitants se garent dans la boue des espaces verts délaissés. Pour faire propre, des parkings goudronnés sont créés.

DEMAIN : Une gestion responsable

1• De nouvelles plantations
Elles seront adaptées aux caractéristiques du territoire et aux moyens financiers. Moins de pelouse pour limiter l’arrosage, plus d’arbres à tronc haut pour se protéger de la chaleur (dix ans de croissance et cinq ans d’arrosage).

2• La récupération et le stockage des eaux pluviales
Ils permettront, sans frais d’utilisation, l’arrosage des espaces verts du bâtiment. Le trop plein des cuves sera branché au réseau existant des eaux pluviales.

3• L’arrosage via le réseau Se@nergieS
Il se déclenchera quand nécessaire, en fonction de la météo. Aucune utilisation d’eau potable ne sera faite pour l’arrosage.

4• Valorisation et biodiversité 
Des actions et projets sont en cours : éco-pâturage avec chèvres et moutons, 3 fleurs au concours Villes & Villages Fleurie, serre municipale bio, rûches, nichoirs…

Une réhabilitation énergétique des bâtiments

CONSTAT : Aujourd'hui, un manque d'isolation

1• « Trop chaud, trop froid… »
Les bâtiments anciens n’ont pas été conçus pour vaincre correctement le froid l’hiver et la chaleur l’été.
Conséquences : la facture énergétique augmente et le froid persiste.

2• « Au dernier étage, c’est pire »
Le manque d’isolation au niveau des toitures accroît le froid ou la chaleur du dernier étage.

3• « Le soleil tape trop »
L’été, dans les pièces situées plein sud, l’air est brûlant. Les habitants qui ont pu installer des climatisations sont confrontés à une surconsommation d’énergie.

4• « Même les murs sont abîmés »
Le trop de chaleur ou de froid, le manque d’isolation et l’ancienneté des matériaux ont un impact sur les façades. Le mobilier urbain (jeux d’enfants, bancs…) vieillit très vite. La réverbération des sols et des murs exposés au soleil est intense.

DEMAIN : La rénovation

1• L’isolation par l’extérieur
Elle améliorera le confort thermique hiver comme été. Elle réduira la consommation et donc la facturation. Elle modernisera l’esthétique des façades.

2• Les panneaux photovoltaïques sur les toitures
Ils produiront une énergie renouvelable sans impact sur l’environnement en s’intégrant discrètement dans le paysage. Ils produiront de l’électricité à coût plus bas.

3• L’installation de volets mobiles et de « casquettes fixes »
Elle améliorera le confort thermique et réduira les besoins de climatisation.

4• La gestion adaptée de l’électricité
Elle récuperera l’énergie solaire pour une utilisation sur place ou pour la revendre. Elle modulera l’éclairage en fonction de la luminosité et des mouvements. Elle déclenchera le chauffage en fonction de la température ambiante.